Challenge-Interview Challenge : « l’Ambassade du Royaume du Maroc en Afrique du Sud mène une offensive sur la question du Sahara Marocain » - Embassy of Morocco in South Africa | Embassy of Morocco in South Africa

 

D’abord permettez-moi de vous poser la question sur l’opportunité d’une telle publication. Vous officiez en Afrique du Sud  depuis prés d’un an et demi. On se pose alors naturellement la question de savoir s’il  y a un lien de cause à effet direct entre  votre  mission entant qu’Ambassadeur de Sa Majesté à Pretoria et la démarche que vous portez à travers cette initiative ?


D’abord je vous dirai  qu’il y a toujours des liens de cause à effet, rien n’est le fruit du hasard.  Toute démarche obéit à une  ambition particulière. De la à dire que c’est une publication adressée  exclusivement au public sud africain je vous répondrais non. J’ai intentionnellement voulu porter des messages précis et concis à l’adresse de tout ceux qui de bonne foi chercheraient à comprendre les dynamiques, l’histoire  et les perspectives de ce différend régional créé autour du Sahara marocain. Il y a un certain nombre de pays où l’effort de communication et la pédagogie s’imposent avec plus d’acuité que d’autres. L’Afrique du Sud ont fait indéniablement partie. D’ailleurs au-delàs de cette publication c’est de façon continue que ce soit sur les plateaux télévisées, la radio, la presse écrite ou encore dans le cadre de démarches officielles, que j’ai toujours porté les mêmes messages, défendu les mêmes idées et promu les mêmes approches.   S’il fallait résumer le pourquoi de cette publication je vous répondrais : Déconstruire, argumenter et mette en valeur.


D’abord il s’agissait de déconstruire  et corriger les contre vérités  que certaines parties  œuvrent sans relâche à installer par leur narrative biaisée, erronée et il faut le dire manipulatrice d’une opinion publique qui sous certains cieux a été trop longtemps exposée à des discours d’un temps révolu.


Deuxièmement il s’agissait  de présenter mais surtout d’argumenter faits à l’appui les vérités historiques et les fondamentaux juridiques et politiques qui confirment, confortent et appuient sans équivoque la marocanités pleine et entière du Sahara et  les légitimités indéfectible du Royaume dans la préservation de son intégrité territoriale.


Enfin il s’agissait pour moi, en plus de mon action  quotidienne en faveur d’un partenariat bilatéral fécond et multidimensionnel , de mettre en valeur et promouvoir l’identité millénaire  et les démarches de cohérence d’un  Maroc qui n’a jamais fait dans l’improvisation, le conjoncturel ou l’événementiel que ce soit dans le traitement de la Question Nationale que sur d’autres dossiers de grande importance pour la région et le Continent. C’est dire que toutes les évolutions  historiques enregistrées récemment dans le dossier du Sahara marocain ne sont pas fortuite ni la conséquence  d’un concours de circonstance. Elles sont l’expression comme le reflet de la continuité d’une Action, d’une Vision  et d’une Approche portée au plus haut niveau par Leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

M. Amrani vous avez parlé d’une démarche pédagogique. Tout au long de cette publication vous répondez d’ailleurs à 9 questions  transversales pour comprendre et cerner le différend régional du Sahara marocain. Quelle sont  aujourd’hui d’après-vous les principaux ombrages qui fausseraient les grilles de lecture et les compréhensions diplomatiques aux yeux de certaines opinions publiques?


C’est d’abord la question du jugement que j’estime fondamentale. Vous savez, aussi infondée qu’il soit le jugement a cette capacité malsaine de se transformer en conviction profonde s’il n’est pas remis en question.  C’est d’ailleurs de ce même procédé dont émane les idéologies rampantes  et les  appréciations erronées. Il est essentiel de comprendre que la question du Sahara n’est pas ou du moins  plus une question de décolonisation depuis 1975. Depuis la libération du territoire par le Maroc à la faveur des accords de Madrid le dossier du Sahara est exclusivement celui de l’intégrité territoriale du Royaume. Il est impératif de ne jamais laisser la confusion gagner les esprits. Alors évidement un exercice de clarification s’impose lorsque des pays isolées  prônent à ce jour encore  l’organisation d’un referendum alors que celui-ci est enterré par les Nations Unies depuis deux décennies. De même, lorsque ces mêmes capitales se confinent dans des compréhensions limitées du Droit à l’autodétermination  ou pointent d’un doigt inquisiteur le Maroc pour différentes raisons insensées, pour ne pas dire agenda caché, alors là encore un exercice d’explication s’impose.


Quel regard portez-vous sur les perspectives à venir d’une solution définitive de ce différend régional?


Le Conseil de Sécurité de l'ONU seul organe a même de traiter du différend régional créer autour  du Sahara marocain  a, défini des paramètres clairs et univoques pour la marche à suivre.  Le langage onusien et donc celui de la légalité internationale, préconise une solution politique qui soit réaliste, pragmatique durable, et  fondée sur le compromis.


L’ensemble de ces paramètres se retranscrivent pleinement dans le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 et qui au demeurant constitue l’archétype de cette solution politique voulue et recherchée par le Conseil de Sécurité. C’est dire que ce plan d’autonomie constitue la seule et unique perspective d’une solution définitive à ce différend régional, a savoir l’autonomie sous souveraineté marocaine. Depuis 2007, les 17 résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU ont toutes soutenu l'approche marocaine en soulignant la prééminence de son initiative, son sérieux et sa crédibilité.
A cette dynamique onusienne s’ajoutent les voix et les actions d’une communauté internationale qui ne fait plus dans la demi-mesure pour reconnaître formellement  l’appartenance pleine et entière  du Maroc à son Sahara et du Sahara à son Maroc. Les ouvertures des consulats généraux de pays frères et amis à Dakhla et Laayoune, la proclamation américaine et d’autres initiatives diplomatiques qui se succèdent en cascades président tous d’une même conviction que les légitimités du Maroc sont indiscutables, sa démarche diplomatique irréprochable, et sa souveraineté  sur le Sahara  non-négociable.